Printemps Érable 2015 : Loin de n’être qu’un combat étudiant

Du 22 au 28 février dernier s’est déroulée la semaine d’actions dérangeantes contre l’austérité. Partout au Québec, plus de 70 actions dérangeantes, dont une douzaine à Montréal, ont eu lieu pour faire comprendre au gouvernement Couillard que l’austérité est une mesure inacceptable qui n’apporte aucune solution, et ne fait que creuser d’avantage le fossé entre les riches et les pauvres.

Un des slogans les plus populaires de la semaine était :

‘’De l’argent, y’en a, dans les poches du patronat! De l’argent, y’en a, les profits des banques sont là.’’

Voici ma couverture de cinq des évènements de la semaine :

Le message était clair : Arrêtez de couper dans les services sociaux et allez chercher l’argent là où il y en a : dans les paradis fiscaux, et en taxant les banques qui font des profits gargantuesques. C’est inconcevable de couper pour le petit peuple tout en offrant une prime de départ de 155 000$ à Yves Bolduc et en augmentant le salaire des députés.

Ce n’est que le début. Malgré que la plupart des actions étaient organisées la semaine de jour, et malgré le froid frôlant souvent les -30°C, il y avait une grande participation et la détermination était fortement présente. Plus le temps s’adoucira, plus les évènements seront partagés et popularisés, plus la population sera informée sur les motifs des manifestations, et plus nos rangs grandiront.

Nous ne sommes pas que des étudiants qui souhaitons payer moins de frais de scolarité. Nous ne sommes pas des enfants gâtés qui veulent faire subir aux autres leurs caprices d’enfants roi. Nous pensons aux générations futures et à la qualité de vie de la majorité d’entre nous. Nous voulons repenser la manière de redistribuer les richesses, ce qui est de moins en moins efficace. Nous sommes des gens éveillés qui ont réalisé que les politiciens n’ont aucun réel pouvoir dans le système actuel, que leurs décisions dépendent des intérêts corporatifs et des banques qui les financent. Nous avons décidé de refuser de nous faire mener par le bout du nez par cette minorité dirigeante qui utilise la peur pour nous séparer les uns des autres et qui n’a aucune compassion ni désir d’aider leur prochain.

Ce n’est en aucun cas le combat d’étudiants, mais de tout le monde qui souhaite un futur meilleur pour tous et pour la planète. Autant les gens sur l’aide sociale, que tous les travailleurs, policiers et professeurs. Les environnementalistes qui souhaitent qu’on arrête l’exploitation et la destruction de la nature pour le profit, pour trouver des façons plus durables de gérer les ressources. Ceux qui prônent la nourriture locale, sans importation, ainsi que l’autosuffisance. Qui souhaitent que les alternatives d’énergie verte et/ou gratuite sortent de l’ombre et viennent détruire le monopole pétrolier. C’est aussi ce monopole qui est la cause de nombreuses guerres dans le monde. Ça rejoint donc autant ceux qui veulent la paix dans le monde, qui souhaitent qu’on investisse ne serait-ce qu’un dixième du budget annuel militaire mondial pour fournir une bonne éducation et les besoins de base comblés pour tous. Qui souhaitent qu’on cesse de sacrifier nos libertés pour de la sécurité, qu’on n’accepte plus de contrôle et la montée d’un État Policier pour se rassurer de quelques attentats hypermédiatisés, qui en passant ne sont souvent que les retombées de nos attaques de villages entiers, justifiées elles-mêmes par la peur véhiculée par les médias, (c’est un cercle vicieux exponentiel.)

Tout est relié. Au final, nous voulons tous la même chose. Le temps est simplement venu de s’en rendre compte. C’est notre chance de reformer le système en entier. D’arrêter d’accepter comme inévitable ce qu’on nous impose et de commencer à construire le nouveau. D’arrêter de croire que nous subissons les agissement des autres et que nous ne pouvons rien y faire, alors que nous sommes tous unis, nous voulons tous le bonheur et la paix, mais que la classe dirigeante elle est assoiffée de contrôle et de profit et est prête à tout pour y arriver. Nous devons simplement nous lever et refuser de nous faire gouverner pour nous gouverner nous-même. Sans le support du peuple, un dirigeant n’a aucun pouvoir. Sans notre adhésion à la monnaie actuelle, celle-ci n’a aucune valeur. Sans notre adhésion à cette fausse démocratie, à ce faux pouvoir de décision qui se traduit à faire un choix, chaque quatre an, entre les deux bourreaux qui nous sont proposés, cette option devient invalide. Je ne parle pas nécessairement d’anarchie, qui fait peur à beaucoup, (mais qui pourrait marcher d’une certaine façon). Nous ne serions probablement pas prêts à faire un changement de gestion si brusque en si peu de temps. Une démocratie directe, où le peuple a réellement le pouvoir sur les décisions qui sont prises, serait déjà un immense pas en avant.

Le printemps 2015 sera sans doute notre meilleure chance de nous lever et de refuser d’être gouvernés de cette façon. De refuser d’encourager l’appauvrissement général des populations pour l’enrichissement d’une minorité. De refuser de travailler dans les intérêts de l’élite. De se libérer de l’esclavage moderne qu’est le travail et de nos chaînes invisibles que sont l’argent et la dette, pour investir dans le futur de notre planète et dans le vrai développement humain, plutôt que dans une économie destructrice.

Sinon, comme je vous disais, sans nécessairement aller trop loin, c’est un combat qui nous unit tous. Si vous vous en faites pour le futur de vos enfants, que vous souhaitez seulement qu’il y ait une équité des chances pour tous, que l’on cesse l’austérité, vous êtes de notre côté.

La première étape sera de prendre le pouvoir des banques sur la politique, et de le léguer au peuple. Par la suite, les décisions nous reviendront.

Un peuple, uni, jamais ne sera vaincu!

Publicités

Une réponse à “Printemps Érable 2015 : Loin de n’être qu’un combat étudiant

  1. Pingback: Un vétéran de l’armée américaine dit la vérité comme nul autre sur la guerre contre l’Islam | Conscience HumaniTerre·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s