Désolé

Militants, militantes, et tous ceux et celles que j’ai pu blesser, enrager ou dégouter, par ce que j’ai pu faire ou dire. Je tenais à vous dire que je suis désolé. Désolé d’avoir parlé de sujets que je ne connaissais pas bien. De réalités que je ne comprenais pas. D’oppressions qui ne me touchaient pas. Et merci de m’avoir critiqué.

 

Désolé d’avoir fait du shaming à propos du maquillage.

shaming.png

Désolé d’avoir voulu exprimer, par l’humour et le sarcasme, que les traits distinctifs et naturels sont ce qui nous rendent uniques et magnifiques. D’avoir voulu imposer une nouvelle norme, au lieu de tout simplement arrêter de vous dire quoi faire.

Désolé d’avoir fait l’éloge de la beauté naturelle, en rabaissant le maquillage.

bellevert.png

Désolé d’avoir maladroitement voulu éliminer les normes qui obligent les femmes à se plier aux attentes de société, et les souffrances qui y sont reliées, surtout à l’adolescence. D’avoir voulu montrer que c’est pas tout le monde qui a de telles exigences, et que nos pensées évoluent.Si je l’ai fait, c’est que ça me tiens à cœur, et que je voulais que ça cesse.

Désolé de ne pas avoir compris que vous aimez aussi le faire pour vous même, sans aucune pression extérieure. Qu’on a pas à vous dire quoi faire de votre corps. Que ça sert aussi à montrer dehors comment vous êtes en dedans. Que c’est aussi une forme d’art et d’expression. Que ça vous rend unique, magique, comme tous les ornements. Que le corps est un temple, qu’on peut décorer, modifier, personnaliser, ou aimer comme il est, sans devoir avoir l’approbation de quiconque.

Désolé si, suite à mes propos, certaines femmes se sont fait shamer, blaster, juger, traiter de pas naturelles ou authentiques, de fake parce qu’elles étaient maquillée. Qui se sont, une fois de plus, fait dire comment être, par les hommes, selon leurs préférences à eux.

Merci à Rachel qui m’a fait comprendre ça en particulier, et à tous ceux et celles qui ont critiqué mes propos, qui m’ont fait comprendre en quoi c’est pas correct.

Merci d’avoir répété le slogan du féminisme « Libère-nous pas, on s’en charge », car c’est tout à fait logique que quiconque se fait imposer ou dicter une nouvelle norme, ou a besoin de quelqu’un pour le libérer à sa place, est loin d’être libre.

Au nom des hommes

Désolé d’avoir grandit dans un monde paternaliste. D’avoir eu une figure autoritaire et dominatrice comme modèle paternel, qui a lui aussi eu une figure autoritaire et dominatrice comme modèle paternel. d’avoir appris à hausser le ton, à me laisser emporter par mes émotions, à ne pas écouter, à couper la parole.

Désolé aux femmes que nous avons dominées, effrayées, blessées, objétisées, exploitées ou détruites.

Désolé que l’inacceptable, qui ne fait aucun sens moral, soit justifiable et perçu comme normal.

Merci à tous ceux et celles qui m’ont fait comprendre ça.

Entre autres, il y a un an, j’étais aux occupations des cégeps et je fournissais de la bouffe récupérée avec mon pick-up. Ça faisait plusieurs fois que je retrouvais une bonne partie de mes récoltes dans le compost des occups, car les gens ne les trouvaient pas assez beaux. J’étais insulté qu’on les jette à la place de me les redonner, qu’on ne considère pas les efforts que j’avais fait. Quand c’est arrivé, au Cégep du Vieux-Montréal, c’était la goutte qui a fait déborder le vase, et je me suis laissé emporter, en demandant agressivement à la femme qui était là pourquoi ils avaient jeté tout ça.

Désolé de t’avoir effrayée, et surtout merci de m’avoir clairement dit que tu n’aimais pas la façon dont je te parlais. Ça a eu sur moi l’effet d’une claque au visage, j’ai réalisé que l’attitude que je venais d’avoir était tout sauf correcte, et je me suis senti petit dans mes shorts en osti. Je n’ai jamais eu la chance de te le dire, mais encore une fois, merci de t’être exprimée, de t’avoir défendue. J’espère que mes excuses se rendront à toi, car je ne sais pas qui tu es et je me sens extrêmement mal depuis ce temps-là. Je ne pourrai être en paix avec moi-même que lorsque tu auras considéré mes plus sincères excuses.

Au nom des blancs

Désolé que nos ancêtres étaient des conquérants qui ont pris l’habitude d’écraser les autres pour se remonter. Qui croyaient pouvoir dire aux autres comment vivre, ou s’en servir pour leur propre bien-être.

Désolé d’avoir hérité de cette façon de penser et de ces privilèges qui nous sont systématiquement accordés.

Désolé de ne pas voir ceux que les autres n’ont pas.

Désolé d’avoir fait du colorblind, d’avoir dit que nous ne devrions pas dire que « ceci est raciste » ou « ceci est sexiste », mais seulement « ceci n’est pas une bonne chose à faire à un être humain ». D’avoir dit que « nous sommes tous humains, tous égaux », que les couleurs de peau et le sexe n’importent pas.

allhuman.png

Désolé d’avoir renié les différentes oppressions culturelles et institutionnelles qui sont bien présentes et qui touchent encore aujourd’hui les gens, selon leur sexe ou leur couleur de peau.

Désolé d’avoir pensé que ça n’importait pas de parler de comment les gens concernés vivent, chaque jour, racisme ou du sexisme.

Merci à tous ceux et celles qui m’ont fait comprendre ça. Entre autres, merci à Paul et à Marissa.

Désolé d’avoir partagé une image qui représentait un peuple autochtone, avec comme inscription « Les Amérindiens » au-dessus.

amerindien.png

Désolé d’avoir supposé qu’il ne s’agit que d’un seul peuple distinct. D’avoir renié les nombreuses différences entre les cultures, les traditions, les pratiques et les façons de penser. J’avais préalablement enlevé l’inscription « Les Amérindiens » (j’avais trouvé l’image sur Internet), mais ça n’a pas sauvegardé et j’ai publié l’image sans y porter attention.

Désolé d’avoir idolâtré ces peuples, d’avoir propagé la légende selon laquelle tout était parfait, alors qu’il y avait aussi des guerres, des problèmes et des complications.

Merci à Raphaël de m’avoir critiqué là-dessus, ainsi à tous ceux et celles qui l’ont fait.

Désolé de devoir être un homme blanc cisgenre pour que le monde écoute, veuille  entendre ce qui se passe. Je continue de croire que c’est nécessaire que des hommes blancs en parlent pour que les hommes blancs, racistes et sexistes, écoutent et comprennent un jour.

Désolé d’avoir abusé de mon tour de parole. D’avoir cru savoir ce qui était mieux pour toi. D’avoir cru comprendre des choses que je vis pas. D’avoir voulu te partager mes idées et t’inspirer, en ayant l’air de t’imposer mes idéologies.

Désolé d’avoir du mettre en valeur mon apparence, mon charisme et mes talents pour que mes messages soient entendus.

Désolé que les jeunes écoutent des vloggeurs, et d’avoir du passer par cette route qui semble être parsemée d’égo, pour conscientiser et sensibiliser.

Désolé d’avoir osé tout risquer.

Désolé pour s’que j’ai dit, pour s’que j’ai fait. D’être conditionné, d’être endoctriné à agir comme ça, chaque jour, par l’influence de l’entourage, des parents, de la télévision, du système d’éducation, de la loi, et ce, continuellement, depuis ma tendre enfance. J’espère juste que vous pourrez me pardonner, comme vous pourrez pardonner aux autres,  comme je pardonne aux gens de manger de la viande.

Toute colère face à ces oppressions et cet aveuglement est légitime et c’est bon d’intervenir, d’éduquer. J’espère seulement que vous mettez autant d’énergie à éduquer à plus grande échelle. À donner le goût aux gens d’apprendre, de comprendre, et d’évoluer. Pas qu’à les haïr. C’est ce que m’ont fait comprendre la majorité des gens, sur mon récent post sur le véganisme/spécisme.

nazi.png

Que les gens ne changeraient jamais s’ils se sentent attaqués, jugés, persécutés, vus comme des monstres, des êtres sans cœur. Je réalise que l’oppression est souvent évidente pour l’oppressé(e), et l’est rarement, voir jamais pour l’oppresseur. Les détester ne fera que causer plus de fermeture à ce qu’on essai de lui dire.

Désolé pour ça, et d’avoir comparé des oppressions qui ne se comparent pas, à cause de leurs contextes complètements différents. Merci à ceux et celles qui me l’ont dit.

Je crois que c’est important de ne pas reproduire les mêmes erreurs qui sont faites par la médecine moderne et la « défense » nationale. De toujours s’attaquer cas par cas aux problèmes une fois qu’ils surgissent, au lieu de les prévenir en les réglant à la source. De là l’importance d’éduquer à plus grande échelle et de montrer l’exemple. Je ne doute pas que vous le faites, mais on n’en entend vraiment pas assez parler. C’est encore beaucoup trop flou, vague et sans importance pour trop de gens.

Je crois aussi que les informations sont trop souvent longues et complexes, bien que c’est nécessaire d’expliquer clairement, ça fait que beaucoup trop de gens ne s’y intéressent pas. Quand on vulgarise et simplifie, on donne au moins une idée d’ensemble, et le goût d’en savoir plus. Sinon, on en fait que s’assurer que l’élite intellectuelle reste informée, et que les ignorant(e)s restent ignorant(e)s.

Si je m’excuse, aujourd’hui, c’est parce que vous avez raison.

Mais j’ai aussi raison d’être ignorant là-dessus, comme tous ceux et celles qui ont grandit dans ce monde, sans que personne ne leur ait dit qu’il y a quelque-chose qui cloche. Oubliez pas que chaque personne qui s’introduit au féminisme et au militantisme, ne reçoit et ne comprend pas tous les principes et les bases d’une shot. Elle en entend vaguement parler. Puis quelqu’un lui parle de quelque chose. Puis elle voit quelque chose d’autre, et comprend au fur et à mesure, un pas à la fois.

« Ne soyez pas si pressé de condamner une personne n’agissant pas comme vous ou ne pensant pas comme vous. Il fut un temps où vous ne saviez pas ce que vous savez aujourd’hui. »
– Malcom X

Elle n’a pas la science infuse. Elle est en apprentissage, comme chaque être humain, et est victime d’un conditionnement qui la mène dans l’autre sens. Donc, même si c’est difficile, essayez d’avoir de l’empathie.

Me blâmer, faire une page Facebook qui dit fuck mes propos, me lyncher (moi ou un(e) autre) sur la place publique à cause de quelques termes ne fera que foutre la chienne au monde qui, comme moi, aimeraient parler, défendre leurs idées et leurs convictions, mais laisserons tomber par peur de dire quelque chose de pas correct selon vous. Le but n’est pas non plus de brimer la liberté d’expression et d’instaurer une dictature de la pensée.

Je trouve un peu dommage de me voir exclu de certains mouvements militants à cause de certains propos que j’ai eu. À cause que j’ai osé m’exprimer et que j’ai été maladroit. À cause que j’étais naïf et sans expérience militante. Alors que l’an passé, j’me suis impliqué à fond dans les occupations, j’suis presque rendu à avoir peur d’aller dans un cégep pour une conférence ou un évènement militant, de peur de me intercepter/intimider/dénigrer/insulter par un groupe. J’hésite même à aller au #NuitDebout qui s’envient à Montréal, alors que j’sais qui va avoir plein de discussions et de réflexions primordiales, auxquelles j’aimerais participer.

Pis I guess que c’est pas ça que vous voulez, que les gens arrêtent de militer (ou ne commencent jamais) par peur de ne pas satisfaire aux exigences et attentes des militant(e)s d’expérience. Pour ça, je vous suggère d’être un peu plus souples/tolérants envers ceux et celles qui ont encore du chemin à faire.

Je ne crois pas non plus qu’on devrait se battre entre nous. On est toute oppressé(e)s par le système dont on est victimes, à différents niveaux, bien-sûr. S’t’une belle pyramide construite spécifiquement pour qu’on s’entre-oppresse. Rares sont les oppresseurs qui ne sont pas eux-même oppressés. Les seuls se situent là :

pyram

Si le reste de la pyramide se chicane, se jalouse, se juge, se condamne, se déteste, on est pas sortis du bois, mais vraiment pas.

One, two, three, four, tout ça nous divise
This is fucking class war, c’est ça la devise.

« Si vous continuez d’écouter les médias, vous finirez par vous battre entre pauvres. »

D’un autre côté, si on s’entraide à créer un futur (un présent, en fait) juste et équitable, là on augmente nos chances. Je crois sincèrement que c’est en mettant nos talents, nos ressources, nos capacités, nos différences, nos ressemblances, nos privilèges et ce qu’on a acquis, ce qui nous a transformé en n’en ayant pas, qu’on créera un meilleur avenir pour les prochaines générations.

La vérité, c’est que j’vous aime et que j’veux pas vous perdre. J’peux pas vous perdre. On a besoin de s’unir, de se supporter, pas de se diviser entre ceux et celles qui comprennent 100% du féminisme et du militantisme et les autres « trous de cul machistes paternalistes ». On a de besoin des uns et des autres pour l’éradiquer, ce capitalisme, ce système de contrôle et d’oppression culturelle imprégnée dans notre peau, qui nous classe, nous étiquette et nous divise. En construisant des sociétés justes, libres et autogérées. En montrant l’exemple, en sortant les enfants de cette roue sans fin, qui assure que nos luttes sont, elles aussi, sans fin.

Désolé d’avoir pris autant de temps pour vous présenter mes excuses. Faut croire que j’étais pas encore rendu là. J’espère juste que si, demain, on se croise dans une ruelle, on pourra se pardonner et se serrer la main.

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout. Merci à Thérèse de m’avoir encouragé à présenter mes excuses. Merci à tous et à toutes de m’avoir critiqué. Merci de me comprendre, et de comprendre les autres. On va l’avoir, on va le créer, ce monde meilleur.

PS. Je m’efforce de faire des messages plus appropriés sur le sujet, m’adressant plus à l’attitude des hommes que la réaction des femmes, et prônant la liberté d’être qui nous sommes, pour nous, sans aucune norme ou préférence, pour me reprendre.
(Exemples :  Brigitte la Pomme (vidéo), Ré-Union (texte) et ce post)

À mon tour de vous laisser la parole et de vous écouter.

Publicités

7 réponses à “Désolé

  1. Enchantée Gabriel !
    Après avoir visionné ou lu, plusieurs de tes interventions sur FB, j’y ai vu quelqu’un de passionné qui croit fort en ses aspirations. Elles te poussent à vouloir panser les plaies d’une terre écorchée, à créer des passerelles entre tous les êtres, à partager tes vérités – elles qui me connectent à toi – ,à te battre pour ce qui te semble juste dans ce monde que tu aimes tant…
    Je suis consciente qu’il est difficile d’exprimer ses croyances sans penser qu’elle devrait être universelles. Tu t’exprimes et agis avec ton coeur, alors lorsque le cri de celui-ci manque de sagesse, je relative, car j’entends ta volonté de stimuler l’amour en nous, lui qui nous relient les uns et autres, qui rend nos actions saines, qui caresse la terre, nos vies.
    Tu possèdes cette belle qualité qu’est l’empathie. Continue de la nourrir de belles intentions, c’est un plaisir de percevoir la force qui t’anime. Tu comprends qu’il t’arrives d’appuyer trop fort là où ça fait mal, alors le mal te reviens, ainsi tu vas sans doute modifier la pression, adoucir tes mots et ceux reçus en retour.
    Je t’envois mes plus belles vibrations, et je te soutiens de tout mon être. Prends soin de toi.
    Séverine

    J'aime

  2. <excuses accepter, maintenat on fou tu le bordel a ceux qui ne se sont jamais excuser pour toute la marde qu ils ont donné a ceux qui ne correspond pas a l ideal qu il souhaiuterait que le monde soit, mais qui eux meme n ont jamais d idées pour ariver a faire de ce monde un meilleur endroit! parce que des gens pour chialer y en a a la douzaine dans tout les forum et post sur le webs, mes des gens qui ont des solutions tangible on les cherche a la loupe parmis la foule, Ta pas besoins de passer ta vie a t excuser parce que des imbeciles sont impulsif et demande la perfection tout en etant eux meme des criss de moron… Alors continu a faire ce que tu fais, et fuck la critique qui est la pour te critiquer, mais ecoute les conseil et ceux qui peuvent t aider et continue a agir et a grandir, c'est ca l important, parce que tous le monde peu et veut pas, etre daccord, ca veut pas dire que tu devrais te la fermer pour autant! Aller courage, et entour toi de monde qui partage tes valeurs, et fait l impossible pour reveiller les autre, parce que personne n est arriver a creer un mouvement aussi fort pour les causes social depuis un bon moments, et ce que tu fais est un vrai myracles, MAintenant te faut du monde qui pense aussi qu on se comporte comme des criss de moron nous même et qu il y a du pain sur la planche avant qu on arrive a etre une societé évolué! courage Gab et bon combats!!! A+

    J'aime

  3. Un conseil pour toi, Gabriel Luneau : gère ton mansplaining pis demande nous pas encore une fois de pardonner un homme de plus : on en a assez de faire du care : j’ai pas besoin de ressentir de l’empathie pour toi qui se dit victime du système. By the way, ton « On est toute oppressé(e)s par le système dont on est victimes, à différents niveaux.» c’est faux, toi, t’as été aliéné par le système à être un oppresseur de toutes les catégories en étant un homme blanc cisgenre, mais c’est pas mon rôle d’avoir pitié de toi. Mon rôle restera toujours de te critiquer à chaque faux pas que tu fais : surtout, et d’autant plus, que tu joues le Messie avec toutes tes followers/disciples qui boivent tes paroles comme si c’était le sang le Christ…
    P.S. pour répondre à ton P.S. « Je m’efforce de faire des messages plus appropriés sur le sujet, m’adressant plus à l’attitude des hommes que la réaction des femmes, et prônant la liberté d’être qui nous sommes, pour nous, sans aucune norme ou préférence, pour me reprendre » et tu linkes un post Fb dans lequel tu fais le paon sur un pic de toi en chest en osant utiliser le hashtag #FreeTheNipples, je réponds à ta question «Pourquoi, au juste, y faudrait que je me couvre?» par : T’AURAIS DU TE COUVRIR POUR PAS SHOW OFF TES HOSTIES DE PRIVILÈGES DE DUDE !
    p.s. fuck ton hashtag #FreeTheNipples parce que si t’étais vraiment une femme, t’aurais pas eu le temps de  »provoquer » comme tu dis, parce que Facebook t’aurais réprimée .
    En postant une pic de toi en chest, t’es pas juss un douchebag, tu traduis et perpétues justement l’oppression des hommes sur les femmes en validant l’inégalité entre nos corps/sexes/genres. Faut vraiment être un dude cis professionnel du mansplaining pour dire être libre de son corps tout en profitant du privilège de se mettre torse nu! Parce que oui toi t’es libre de ton corps parce que t’es un privilégié, oui toi t’es libre tout court parce que t’es un privilégié : tu te feras jamais slutshamer parce que tu montres trop de peau. TU PEUX LE DIRE : T’ES UN PRIVILÉGIÉ PARCE QUE T’ES UN HOMME. TU PEUX LE DIRE QUE VU QUE T’ES UN HOMME BLANC CISGENRE TU NE VIS PAS D’OPPRESSION : TU PEUX LE DIRE QUE TU SAURAS JAMAIS C’EST QUOI VIVRE DES OPPRESSIONS : TU PEUX LE DIRE et ce serait vraiment plus noble de ta part, admettre que t’es un privilégié et que t’en vis pas d’oppressions… à place de vouloir faire pitié et de te dire victime du système … seriously ? here you can see my male tears … (et d’autres personnes pourraient rajouter dans ce sot de male tears des white tears)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s